Le cuivre n’échappera pas longtemps à la ZNT riverains

Mrs Georges Kopcsan et Michel Privat

Jeudi 20 février 2020 par Bertrand Collard Lire plus tard Commenter Imprimer Envoyer Jean-Pierre Van Ruyskenvelde, directeur général, et Bernard Angelras, président réélu de l’IFV. – crédit photo : B. Collard

Selon l’Institut Français de la Vigne et du Vin, l’instauration de Zones de Non-Traitement riverains pour les produits cupriques n’est qu’une question de temps.

« Il faut s’attendre à voir arriver des ZNT riverains sur les cuivres, prévient Bernard Angelras, président de l’IFV. L’AMM (autorisation de mise en marché) de beaucoup de produits cupriques doit être renouvelée cette année. Ils [l’Anses, NDLR] vont mettre des ZNT à cause de la toxicité du cuivre par voie cutanée pour l’homme. »

Le cuivre exempté de Zone de Non-Traitement

Le 19 février, à l’occasion de sa réélection pour un nouveau mandat de trois ans à la tête l’institut technique de la vigne et du vin, Bernard Angelras a fait un point sur les priorités pour son institut et abordé quelques sujets d’actualité. La première priorité découle de l’instauration des ZNT riverains : la réduction de la dérive.

“Filets et adjuvants”

Les adjuvants, les filets, les traitement dirigés uniquement vers l’intérieur des parcelles réduisent-ils la dérive ? de combien ? L’IFV va mettre au point un protocole pour répondre à ces questions très pratiques qu’il soumettra à l’Anses pour homologation. Cette étape franchie, l’IFV testera ces solutions et soumettra ses résultats à l’Anses qui validera ou non ces méthodes de réduction de la dérive.

L’enjeu pour la filière est très concret car les vignerons mettant en œuvre des solutions homologuées pourront réduire leur ZNT à 5 m voire, 3 m. Cependant, il ne faut pas s’attendre à des résultats avant l’an prochain. Pour cette campagne, seuls les pulsés admis pour réduire la ZNT eau, le seront aussi pour réduire à 5 m la ZNT riverains.

Priorités

Outre ce sujet brûlant, l’IFV a pour priorités : le changement climatique, la transition écologique et les profils de vins en phase avec les attentes des marchés. De manière plus surprenante pour un institut technique, l’IFV veut aussi apporter sa pierre à la formation d’une main d’œuvre qualifiée et à revalorisation des métiers de la vigne. « On va apporter des éléments techniques dans le cadre des lycées », explique Bernard Angelras.

Enfin pour mettre en œuvre ce programme et rester proche du terrain, toutes les unités régionales de l’institut seront conservées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *