Archives de l’auteur : Cocorico2017

La fête des restos IDF

Les photos sont de Nadine de Lhopital

La crise du Covid 19 a provoqué des chutes de chiffre d’affaires très préjudiciables pour nos restaurateurs, dont un certain nombre sont membres dans nos confréries ou proches.

Maintenant ? il faut lutter contre le second virus, tout aussi dangereux pour l’économie, la peur !

La Région Ile de France a pris l’initiative de lancer une campagne de soutien en s’appuyant sur les villes participantes en notre région.

Des animateurs de rues et de la place sont donnés pour élargir les capacités d’accueil, comme plus de trottoirs mis à disposition, voir aussi des rues coupées à la circulation.

Attirer de la clientèle pendant l’été, tel est l’objectif, du 21 Juin au 23 Aout

Marie SAUCE-BOURREAU Conseil en Relations Publiques – Evénementiel – Marketing

Présidente Fondatrice La Cuillère d’Or, Présidente de l’Association Les Toques Françaises

Directrice Associée AGORA EXPO, accompagnée par Mme le Maire de Sucy en Brie, a souhaité associer les confréries d’Ile de France à l’inauguration faite à Sucy en Brie, ce dimanche 21 juin à 19H, en présence de Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile de France.

André Bergero était accompagné de plusieurs confrères des Coteaux de Sucy en Brie.

Marcel Doyen représentait le Clos de Clamart. Marc Lest était présent pour la Fédération Internationale des Confréries Bachiques et les Echansons de France.

Michel Mella est venu au nom de la Grappe Yerroise, mais aussi comme Vice-Président de COCORICO pour la Communication.

J’étais présent pour la Commanderie des Chevaliers de St Grégoire et comme Président de COCORICO pour marquer le soutien de tous nos adhérents.

Jean Pierre Gimbert participait pour le Clos St Vincent de Noisy le Grand ainsi que Nadine de Lhopital.

Un dossier a été remis à la Présidente de Région sur le projet que nous soutenons avec eux.

Parmi les invités participants, nous avons noué des contacts pour l’avenir avec, Hamida Rezeg Vice-présidente chargée du Tourisme, Stéphane Layani, Président Directeur Général de Rungis, Philippe  David de Julimat Média, Radio Sud( les matinales)

Valérie Pécresse nous a assuré du soutien de la Région et sa présence pour le Symposium, le XVème, qui se fera en 2021.

Des sujets qui reviendront lors de la réunion du Bureau de COCORICO prévue le 25 juin prochain dès 11H.

La Route des confréries et des terroirs de France

Mesdames, Messieurs les Présidents et Grands Maîtres,

Nous tenons à vous remercier pour vos réponses sur le projet « La Route des Confréries, Route des terroirs et des Territoires de France  » soutenu par le Conseil Français des Confréries (CFC) et par le Comité de Coordination Ile de France des Confrérie (COCORICO).

L’équipe qui a la charge de ce projet souhaite répondre aux questions posées.

Tout d’abord ce projet n’a nullement l’intention de concurrencer, par exemple, la Route des Vins, ni de desservir les Fédérations de vignerons indépendants, ni même de supplanter les Comités de bouche ou autres organismes ayant des approches similaires.

Le projet est de promouvoir les Confréries, en s’appuyant sur l’aspect mémoriel et culturel, que représentent la diversité de nos confréries dans le cadre patrimonial de celles-ci.

De plus en plus le public s’intéresse aux valeurs traditionnelles des départements de leur région.

C’est pour cela que les Confréries doivent saisir l’opportunité de répondre à cet engouement !

Oui, mais, comment le faire ?

Voici nos propositions :

Créer un Comité de coordination départemental ou régional ou bien une Confrérie référencée au sein d’un Comité de coordination départemental ou régional.

Chaque Confrérie garde son organisation et son autonomie.

Mais là où notre projet prend tout son importance, c’est qu’il nous faut absolument unir nos forces pour se faire connaître et créer la « Route des Confréries ».

Les moyens ?

Une plaquette :

Les confréries qui adhèreront à ce projet, pourront distribuer lors des différentes manifestations un petit dépliant mentionnant les diverses spécifiées des Confréries du département ou de la région.

Y seraient inscrits : les lieux, les contacts téléphoniques et mails, les journées de découvertes

si celles- ci organisent une fois par mois des visites, les manifestations permanentes  de chaque Confrérie, ainsi qu’une courte présentation de l’historique de la Confrérie.

Nous nous appuierons sur le concept de l’oenotourisme avec l’aide des Offices de Tourismes, des sites de guides touristiques, mais aussi avec l’aide de l’état par le biais des affaires culturelles des départements et des régions.

Pour créer ce petit guide nous ferons appel à une cotisation annuelle aux Confréries, mais aussi des subventions départementales et régionales. Nous démarcherons des partenaires locaux qui pourraient trouver ainsi un moyen de promotion.

Pour ce faire, nous invitons chacun et chacune à donner son avis, ses suggestions, etc… Avec vos recommandations nous pourrions dès le quatrième  trimestre 2020, commencer à établir une « Chartre des Routes des Confréries de France« .

Bien évidemment, ce projet contribuera à renforcer l’image de convivialité de nos Confréries qui est leur âme…

Chères Consœurs et Cher Confrères, nous vous remercions pour votre attention et surtout pour votre implication dans la réussite de ce projet.

Bien cordialement à vous,

.

Membre du bureau de COCORICO

Jean Pierre GIMBERT

Responsable en du charge du Projet

Brûlures sur vignes

Par Gérard Alliot

Réduire fortement les doses de soufre l’été, renoncer à traiter à l’annonce de fortes chaleurs, ou éviter certains produits : tels sont les conseils donnés par les experts pour ne pas revoir les graves brûlures de l’an passé.

Les températures extrêmes et le déficit hydrique sont les premiers responsables des brûlures connues par le vignoble en 2019. Mais le soufre les a aggravés. « Il a utilisé le peu d’hygrométrie disponible dans l’air pour s’oxyder, et déshydraté la vigne », explique Thierry Favier, responsable technique vigne à la coopérative CAPL dans le Vaucluse.

ZNT: Phytosanitaire

Gerard ALLIOT

Le Conseil d’Etat valide la réduction des ZNT dans les chartes riverains non ratifiées

Les ONG requérantes ne s’attendaient pas à une telle décision. Les agriculteurs peuvent continuer à traiter à moins de 10 mètres des habitations dès lors que leur charte à été mise en concertation.

Pour les neuf ONG requérantes*, c’est la douche froide. Contrairement à ce qu’elles avaient prédit en sortant de l’audience du Conseil d’Etat ce mercredi, l’instruction technique DGAL/SDQSPV/2020-87 du 3 février 2020 va continuer à s’appliquer.

Légifrance :Traitements pulvérisation

Georges Kopcsan vous informe :

Il est bon de savoir que les vignes qui sont a proximité des habitations sont concernées par cet arrêté 

de zone de non traitement

certains  riverains sont très attentifs sur les produits pulvérisés 

je pense que certaines vignes sont concernées chez les associés de COCORICO

Les Zones de Non Traitement (ZNT) riverains mises en place par l’ arrêté du 27 décembre 2019 et le décret du 27 décembre 2019 varient de 0 à 20 mètres selon les produits et les matériels de pulvérisation utilisés. La base E-Phy de l’Anses n’intègre pas encore cette nouveauté réglementaire, et plusieurs produits ne mentionnent pas de ZNT riverain dans leur AMM ou leur notice.

A LIRE AUSSI

TRAITEMENTS PHYTOSLe confinement stoppe la mise en consultation des chartes riverains, mais pas leurs réductions des ZNT

COVID19 ET ZNT Vignerons, prévenez vos voisins confinés avant vos traitements

Il est dès lors difficile de savoir quelle distance de sécurité respecter quand on utilise un produit pour la première fois de la campagne.

G KOPCSAN

COCORICO se développe

Notre Comité regroupant des Confréries vineuses et gastronomiques en Ile de France s’agrandit.

Nous sommes heureux d’accueilir à nos côtés, une nouvelle équipe membre, ayant obtenu l’unanimité des votes exprimés.

La Confrérie des Sainfoins de Le Perreux sur Marne vient ainsi participer et enrichir nos expériences .

Bien venue à COCORICO

FICB et nos 20 ans !

Le secrétaire général de la Fédération Internationale des Confréries Bachiques , Marc LESK, vous informe de la parution de l’article au site au lien ci dessous.

C’est un retour sur notre dernier événement du 22 février dernier

Le prochain grand moment sera le symposium 2021.

Vous allez devoir vous prononcer avant le 25 Juin sur ce rendez vous.



Je profite de cette actualité pour vous préciser que 51ème Congrès de la F.I.C.B. devait avoir lieu à Alba et dans la région du Piémont du 4 au 10 juin 2020 est reporté

Le Bureau de la F.I.C.B. et les organisateurs ont donc décidé de reporter le Congrès d’un an (du 3 au 9 juin 2021), avec le même programme et les mêmes conditions financières. Nous avons logiquement décidé de décaler d’un an les deux évènements suivants (Challenge en Hongrie à 2022 et Congrès au Portugal à 2023), avec l’accord de leurs organisateurs. Le report du Congrès 2020 s’inscrit dans l’espoir que la situation mondiale sera redevenue normale dans les prochains mois et que les participants inscrits pourront ainsi profiter de cet évènement tant attendu pour y retrouver l’esprit de convivialité et de partage qui anime nos confréries. Les participants inscrits vont être invités à confirmer ou annuler leur participation avant le 30 septembre 2020, date qui leur laisse le temps de la réflexion et de voir comment la situation évolue. Nous comptons sur vous pour les inviter à bien utiliser ce temps de réflexion.

mancozèbe-UTILISE 2045 T.

Les jours sont comptés pour les anti mildious au mancozèbe par Georges Kopcsan.  

Dans un avis publié le 14 mars, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande « que la Commission européenne statue dans les plus brefs délais sur le non-renouvellement » du mancozèbe et du thiophanate-méthyl. Si ce dernier produit n’est pratiquement plus utilisé, il en va tout autrement du mancozèbe. Dans son avis, l’Anses rappelle que le mancozèbe était la troisième matière active la plus vendue en France en 2017 avec 2 045,8 tonnes, le première étant le glyphosate.

A LIRE AUSSI

BORDEAUX

Tutiac s’interdit les CMR et vise le 0 résidu phytos

VIGNOBLE PROVENÇAL

Alerte aux premières pluies contaminatrices au mildiou

Dans le vignoble, le mancozèbe entre dans la composition d’une vingtaine d’antimildious, seul ou associé à d’autres matières actives, dont l’un des plus connus est sans doute le Dithane. Il était déjà classé Cancérigène Mutagène et Reprotoxique (CMR) et, à ce titre, retiré de nombreux programmes.

“Toxique pour la reproduction”

« Le mancozèbe a été considéré comme toxique pour la reproduction de catégorie 1B par l’Agence européenne des produits chimiques dans son avis de mars 2019, ce qui constitue un critère d’exclusion », explique l’Anses pour justifier sa recommandation. En d’autres termes, cette substance est présumée toxique pour la reproduction humaine.

Contactée par Vitisphere, UPL, la société qui défend la réhomologation du mancozèbe au niveau européen avec Indofil, n’a pas souhaité réagir, n’ayant pas « d’éléments à apporter dans l’immédiat

Pour les vignerons

Symbole du vin depuis l’Antiquité, l’amphore a été peu à peu abandonnée au profit des barriques de bois. Pourtant, depuis quelques années, elle fait un retour remarqué dans les chais de nos viticulteurs favoris. Entre ces dernières, les foudres et les différentes cuves, les vignerons n’ont jamais eu autant de choix pour produire leurs cuvées. Mais connaissez-vous les spécificités de chacun de ces grands contenants ?

Faire des bénéfices avec une association loi 1901

Comment une association peut-elle réaliser des bénéfices ?

Les bénéfices dans une association proviennent généralement des activités commerciales ou lucratives qu’elle a effectuées pour récolter des fonds. En effet, une structure associative peut exercer des activités pour financer la réalisation de son objet social. Les ressources de l’association peuvent être obtenues grâce à :

  • Des subventions de l’État ou des collectivités ;
  • Des partenariats avec des associations ou des entreprises ;
  • La vente de marchandises ou de prestations ;
  • L’organisation événements pour récolter des fonds ;
  • Des dons de la part de membres ou de tiers ;
  • La participation des membres de l’association (droit d’adhésion, cotisations…) ;
  • Le mécénat d’entreprise et le sponsoring.

A lire : Association loi 1901 et vente d’objets

Il est cependant important de préciser qu’une association loi 1901 ne peut pas exercer d’activités lucratives et commerciales (accessoires ou principales) si leur nature n’est pas mentionnée dans les statuts de l’association. Si la structure réalise une activité lucrative à titre principal, elle devient redevable des impôts commerciaux tels que l’IS (impôt sur les sociétés), la cotisation foncière ou encore la TVA.

L’association doit disposer d’un Siret a demander INSEE

Les bénéfices des ventes ne doivent pas être distribuées au personnes mai affectées aux objectifs de l’association

Le montant ne doit pas dépasser 72 000€ par exercice, au dessus, elle paie toutes les charges et la TVA ,elle devient une entreprise.

Sans devoir payer des charges ni TVA, une déclaration du chiffre d’affaire doit être fait aux impôts annuellement.

pH : L’équilibre du vin-acidité.

Par Gérard ALLIOT

Le pH dans le vin se situe en général entre 3 et 4. Le plus souvent près du centre: 3,5.
Vous êtes un amateur de vin de style Nouveau Monde, vous allez surtout aimer les vins au pH supérieur à 3,5.
Mais si vous êtes un amateur de vin de style européen, vous appréciez surtout les vins acides, les vins au pH inférieur à 3,5.

Un vin au pH élevé paraîtra délectable à certains, mais mou à d’autres. Un vin au pH bas paraîtra vif et succulent à certains, mais trop mordant ou même acerbe à d’autres.

Un connaisseur suisse, Jacques Perrin, écrit que «les vins dont le pH se situe entre 3,2 et 3,5 donnent une sensation plus vive et rafraîchissante qu’acide. Ils sont plus résistants contre les bactéries nuisibles. Leur potentiel de garde est supérieur et la couleur claire et brillante. À l’inverse, les vins de pH plus élevé paraissent ternes, plats à la dégustation. Ils sont plus facilement sujets à une maladie bactérienne et seront plus rapidement sur le déclin.»(CaveSa)

Le pH mesure la force de l’acidité, et non pas la quantité d’acide. Un vin au pH de 3,4 est 25% plus acide que celui au pH de 3,5. Ainsi un vin au pH de 3,3 est 100% plus acide qu’un vin au pH de 3,7. C’est dire la grande différence entre les deux.

Si l’acidité renforce les sensations tanniques et fruitées, il faut dire aussi que notre perception de l’acidité, elle-même, varie d’un individu à l’autre. On ne détecte pas l’acidité pure directement sur la langue, mais plutôt le mélange acide-salive. La production salivaire varie en quantité de 1 à 15 selon les individus, c’est donc dire que votre perception de l’acidité, du fruité et de l’astringence pourra être très différente de celle de votre convive.

Finalement, disons aussi que les vins bien acides, au pH bas, sont de plus en plus difficiles à trouver. Les vignerons ont de la difficulté aujourd’hui à conserver des pH bas. Ceci est dû à plusieurs causes, dont encore le fameux réchauffement climatique. Les raisins perdent de l’acidité sous le chaud soleil. Les méthodes modernes de conduite de la vigne avantagent aussi le sucre par rapport à l’acidité. Les vinifications à chaud réduisent le pH. Et finalement, il y a la mode; beaucoup de jeunes aiment le sucré.

En conclusion, plus le pH est bas, plus le vin sera éclatant, vif, vivace, croquant, acidulé, nerveux, acide, mordant et jusqu’à vert, coupant et acerbe.

Plus le pH est élevé, plus le vin sera tendre, coulant, rond, fondant, facile, sucré, douceâtre, et jusqu’à mou, lourd et pâteux. Et tout cela, selon les goûts!
Disons pour terminer que le pH devrait être indiqué sur l’étiquette à côté du taux d’alcool.

Le tableau des acidité est placé au site COCORICO CONCOURS DES VINS IDF AVEC LE RÈGLEMENT

Chevaliers de Bacchus: Nouveau Grand Maître

La Confrérie Balnéolaise des Chevaliers de Bacchus à Bagneux ont élu un direction collégiale pour succéder à Yves BOZON

Nouveau Grand Maitre : Michel KORN

Président : James PORCHER

Yves BOZON a pris sa retraite.

Nul doute qu’il participera et nous aurons toujours le plaisir de le rencontrer, nous rappellerons son grand dynamisme et la belle réalisation festive lors du XIVéme symposium fin 2018.